Document sans titre

 

doc_01

logo

doc_02

doc_03

doc_04

doc_05

doc_06

doc_07

doc_25

  Document sans titre

 

 

taille_rosiers

 

  Document sans titre

 

Pour nous contacter..

 

 

doc_10

doc_11

doc_13

 

doc_20

 

 

doc_14

doc_15

doc_19

doc_16

doc_18

doc_17

 

 

Le rosier est un arbre très vigoureux. Sans taille, il fleurit mais sa vigueur le pousse à produire chaque fois davantage de bois, et on obtient assez vite un buisson désordonné. Pratiquer une taille en douceur, respectueuse de la silhouette de l'arbre, s'apprend au fil des ans. La taille d'automne fait également partie de ces "astuces" que l'on découvre avec le temps...

Taille de printemps et taille d'automne

La taille classique des rosiers, dite "taille de printemps", se pratique au départ de la végétation, en février ou en mars selon les régions. Elle consiste à supprimer les branches mortes, chétives, ainsi que les rejets apparus sous le point de greffe, puis à conserver selon la vigueur de l'arbuste de 3 à 7 beaux rameaux sur lesquels on conserve 3 à 6 yeux.

La taille d'automne, nettement moins pratiquée, est généralement considérée comme facultative. C'est une taille d'entretien, qui vient en complément de la taille de printemps. Elle concerne tous les rosiers par ses aspects "nettoyage", et plutôt les rosiers buissons pour la partie "taille" proprement dite. Voyons en détails en quoi elle consiste.

Un bon nettoyage

A partir de la fin du mois d'Octobre, on peut pratiquer un "débroussaillage" des buissons ! On commence par nettoyer les rosiers en supprimant les branches cassées, pourries, mortes ou atteintes de maladies. Les laisser en place l'hiver durant revient à augmenter les chances de voir l'état de l'arbuste se détériorer, voire contaminer ses voisins. Ce nettoyage salutaire est à rapprocher de celui qui consiste à supprimer les fruits momifiés sur les arbres fruitiers.
Profitez de ce passage devant chacun des pieds pour ramasser les feuilles tombées, parfois porteuses de l'une ou l'autre des maladies courantes des rosiers, et brûlez-les (il est bien entendu tout à fait exclu de les poser sur le tas de compost !).

Un raccourcissement:

- On supprime les fruits qui épuisent le pied,
- On réduit la prise au vent (qui peut ébranler les racines)
- On facilite le travail du sol (qui sera effectué pendant l'hiver)
- On simplifie la taille de printemps.

Pas la peine de compliquer les choses avec des règles savantes : une bonne base consiste à réduire les rameaux de la moitié de leur longueur. Ne taillez pas trop "court" : si vous diminuez trop fortement la longueur des tiges, vous les exposez davantage au gel.
Supprimez en outre complètement les branches en surnombre, et les vieux rameaux qui ne fleurissent plus. En coupant près du point de greffe, vous favorisez l'émission de nouveaux bourgeons en bas de la souche, et donc le renouvellement de l'arbuste.
Ramassez le bois mort avec précaution (ça pique !), et brûlez-le : pas de récupération possible via le broyeur de végétaux; vous risqueriez de propager les maladies.

doc_01

La taille d’Hiver

La taille principale des rosiers s'opère à la sortie de l'hiver, en février ou mars selon les régions, lorsque les fortes gelées sont passées. Bien sûr, ce n'est pas une règle absolue, il est possible d'opérer plus tard, jusqu'en avril. Une seule règle : éviter les jours de gel.
A noter que les non-remontants se taillent aussitôt après la fin de leur floraison, courant août.

Un conseil qui vaut pour toutes les tailles : opérez en tenant le sécateur de façon à ce que la lame se trouve du côté du bois restant, alors que la contre-lame écrase le rameau qui tombe. Ceci permet une coupe plus nette, qui cicatrisera mieux.
Par ailleurs, veillez à bien désinfecter vos outils de coupe avant usage; c'est en effet un vecteur important dans le transfert des maladies...
Et puis, pour les branches un peu fortes (notamment rosier grimpant, dont la charpente devient vite ligneuse), n'hésitez pas à utiliser d'autres outils pour la taille, comme le sécateur à deux mains (encore appelé ébrancheur ou coupe-branches), qui permet d'exercer plus de force avec un moindre effort.

Taille des rosiers tige et buisson

Le but est de conserver quelques branches principales (3 à 7).
La taille doit réduire les pousses ligneuses et favoriser les jeunes pousses. On coupe donc de 3 à 5 oeils, soit une distance moyenne de 15 à 20 cm avec le point de greffe.
Bien sûr, comme toutes les tailles, on s'attache à dégager le contre de l'arbuste, pour permettre le passage de la lumière et de l'air, gage de bonne santé et de belles fleurs.

Taille des rosiers grimpants remontants

On entend par rosier remontant un rosier qui fleurit plusieurs fois l'an.
Ce type de rosier est palissé contre un mur. On conserve sans les tailler 5 à 6 rameaux principaux, qui constitueront les branches charpentières.
En revanche, les pousses latérales seront rabattues à 5 ou 6 yeux (soit 30 à 40 cm).

Il convient d'habiller les racines, c'est-à-dire que l'on aura soin de les rabattre à 20-25 cm, et d'en supprimer les parties abimées.

Taille des rosiers grimpants non-remontants

Par opposition aux remontants, ces rosiers ne donnent qu'une seule floraison. On conserve 6 à 7 branches principales, alors que l'on rabat à 2 yeux toutes les branches latérales, pour favoriser la mise à fleurs.
A noter que les non-remontants se taillent aussitôt après la fin de leur floraison, courant août.

doc_02

Et les autres? On n'a envisagé ci-dessus que quelques cas parmi les nombreux possibles. Les rosiers miniatures se taillent comme les buissons. Les couvre-sols ne se taillent que plusieurs années après la plantation, et ce seulement tous les 2 ou 3 ans, en fonction de l'envahissement. Enfin, les rosiers anciens ne doivent pas être systématiquement taillés.

Voilà beaucoup de travail pour une fleur si éphémère car comme l'a si joliment dit François de Malherbe

 

"Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses
L’espace d’un matin."